"Le Monde est un livre et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page." Saint Augustin.

mardi 23 décembre 2008

Rapa Nui - Partie 1

Nous sommes le 5 avril 1722.
Alors qu´il traverse le Pacifique pour le compte de la Societe des Indes Occidentales, le navigateur hollandais Jakob Roggeveen apercevoit, au bout de sa longue vue, une terre barrant l´horizon et paraissant habitee.
Il consulte ses cartes. Cette terre n´est pas repertoriee. Peut-etre s´agit- il de la fameuse Ile de Davis, du nom du chasseur de baleines qui l´aurait le premier apercu en 1687 mais ne pouvant l´atteindre, se serait contente de la noter dans son journal de bord ?

Quoiqu´il en soit, Jakob Roggeveen decide de l´accoster pour se ravitailler en eau et en vivres. Alors qu´il fait route vers l´ile, il commence a observer d´etranges statues de geants qui se detachent sur les cotes de l´ile ...


En abordant, il decouvre une poignee d´indigenes hagards qui ne lui reservent pas un accueil particulierement amical. Il donne l´ordre d´ouvrir le feu et se rend maitre de l´ile.
Ce 5 avril 1722 est le jour de Paques.
Cette terre se nommera donc dorenavant l´Ile de Paques...

L´ami Jakob ne se doutait alors pas que sa decouverte allait faire couler beaucoup d´encre...

L´ile est en fait un ilot de 180 km2, perdue en plein milieu du Pacifique et battue par les vents. C´est l´ile la plus isolee du monde : la terre habitee la plus proche, en dehors de la cote chilienne a 4000km a l´est, est l´ile de Pitcairn, 2000km plus a l´ouest. Elle se nomme Rapa Nui, la grande lointaine, dans la langue maori des populations du Pacifique.
D´abord annexee par la couronne d´Espagne en 1770, l´ile deviendra possession chilienne en 1888.

Mais ce qui fascine le plus au sujet de l´Ile de Paques, ce n´est pas tant son isolement mais bien ses moais, ces fameux geants de pierre plantes sur les cotes pascuanes et qui ne manquerent evidemment pas d´intriguer ses premiers explorateurs. On en denombre plus de 300, haut de 3 a 20 metres et pesant de 3 a 100 tonnes.
James Cook eut ainsi cette réflexion en découvrant les moaïs en 1774 : «Comment ces insulaires, qui ne connaissaient en aucune manière les puissances de la mécanique, ont pu élever des masses si étonnantes, et ensuite placer, au-dessus, les grosses pierres cylindriques. Ces monuments singuliers, étant au-dessus des forces actuelles de la nation, sont vraisemblablement des restes d'un temps plus fortuné. Sept cents insulaires, privés d'outils, d'habitations et de vêtements, tout occupés du soin de trouver des aliments et de pourvoir à leurs premiers besoins, n'ont pas pu construire des plates-formes qui demanderaient des siècles de travail.»

Apres la premiere guerre mondiale, l´ile devient objet d´interet et une expedition part l´examiner et tenter de percer ses mysteres. Mais lorsque que celle-ci debarque, le dernier des 111 pascuans initalement presents sur l´ile au moment de son annexion meurt, emportant avec lui toute chance d´en apprendre davantage sur sa civilisation.

Il faut bien comprendre que le principal mystere entourant l´ile de Paques tient en cette simple question : comment la population locale a t´elle pu eriger ces geants de pierre a partir de rien ?
Car oui, il n´y a bel et bien rien sur cette ile. Rien qui aurait pu aider les indigenes a construire et transporter ces geants.

Bien des hypotheses ont ete emises, allant des extra-terrestres aux Atlantes mais la solution a cette enigme est finalement toute simple et va illustrer un fait majeur dans l´histoire de l´humanite : l´auto-destruction d´une population par la modification profonde de son ecosysteme... Une histoire qui plairait surement a quelques ecologistes alarmistes et surtout une veritable enquete scientifique menee par les archelogogues qui ont etudie l´ile.

Je suis fascine depuis tout petit par cette ile mysterieuse, notamment par la fascination quasi hypnotique qu´exerce sur moi le visage inexpressif des moais. Voici ce que j´ai retenu des explications qui furent avancees...


Il faut bien comprendre que lorsqu´ils decouvrent l´ile, aux environs de l´an 500 de notre ere, ses premiers habitants n´abordent pas la meme ile que celle qui sera redecouverte plusieurs siecles plus tard.
Elle est en effet comme toutes les autres iles de la region, recouverte d´une foret luxuriante et bordee d´une mer poissonneuse.
Seulement voila, la coutume de la population locale est d´eriger des statues, d´abord en memoire de leurs chefs de clan morts, ensuite et surtout ensuite en hommage aux Dieux. On a pu dater l´apparition des premiers moais aux alentours de 600. Aux alentours du 17e siecle, la population pascuane atteint son apogee en regroupant une quinzaine de milliers d´individus.
Pour transporter ces statues depuis les carrieres de basalte bordant le volcan de l´ile jusqu´aux cotes ou elles sont erigees, on a besoin de rondins de bois pour les faire rouler. De grosses quantites de rondins de bois. De meme pour edifier les promontoirs et les bascules servant a les redresser.

Les differents clans rentrent rapidement dans une logique de competition. C´est a celui qui erigera le plus grand, le plus gros moai. La frenesie s´empare des hommes et tres rapidement les ressources en bois de l´ile vont etre consommee en un clin d´oeil. Le dernier moai, immense, git encore a moitie taille dans la carriere et est date aux environs de 1730.
N´ayant plus de bois, les insulaires se retrouvent pris au piege. Il leur est dorenavant impossible de construire des bateaux. Or plus de bateaux, plus de peche, et plus de peche, plus de nourriture, et ce sans compter que les sols de l´ile sont profondement modifies suite a la deforestation et deviennent vite instables et infertiles.

La famine gagne, les clans se dechirent, s´entre-tuent. Des actes de cannibalisme seront meme averes. Le pic de violence sur l´ile se situe aux alentours de 1680. On observe alors une guerre entre les Grandes Oreilles et les Petites Oreilles. Vainqueurs, ces derniers commencent a rejetter toute trace du passe, a faire tomber et a degrader les moais.
Les survivants encore present au moment de l´arrivee des europeens seront ensuite vite decimes par l´esclavage et les maladies apportees.

Seuls leurs geants de pierre survivront a leur civilisation.



Demain, un reve d´enfant va se realiser pour moi.
Demain, nous partons a la rencontre des Moais.
Demain, nous partons sur l´Ile de Paques...


La suite, ici...

3 commentaires:

GAB a dit…

Ce garçon a l'art du teasing !
Vivement demain.

Anonyme a dit…

terrible!!!!
vivement la suite!
c'est magnifique

Did.

henri a dit…

très belles photos
felicitations.