"Le Monde est un livre et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page." Saint Augustin.

vendredi 9 janvier 2009

Dakar a contre-sens

Le Dakar decouvre cette annee le continent sud-americain mais quelques centaines de kilometres plus au nord, une expedition s'elance chaque jour depuis la frontiere chilio-bolivienne en direction du Salar d'Uyuni.
Revivez en images cette course a la beaute.



Frontiere chilo-bolivienne.
Les concurrents reglent les formalites de visa a plus de 4000 metres d'altitude.
Deux 4x4 bresiliens vont affronter pendant 3 jours un equipage franco-allemand et un autre anglo-australo-americain.




Bienvenue en Bolivie!
La premiere etape part de la Laguna Verde, a quelques kilometres de la frontiere.




L'equipage anglo-australo-americain prend rapidement la tete.
Vision de reve au coeur de l'altiplano.



Pause de la mi-journee.
Le temps de reposer les mecaniques et les organismes dans des eaux thermales.
Un bain a plus de 4000 metres et pres de 40 degres.



Fin de la premiere journee sur les bords de la Laguna Colorada, candidate aux merveilles naturelles du monde.
Quelques kilometres plus tot, les concurrents ont atteint 5000 metres, soit 200 metres de plus que le Mont Blanc, le plus haut sommet d'Europe!




La tuile pour l'equipage bresilien numero 1.
Alors qu'il roule vers le camp de base, le pilote est surpris par les vents ultra-violents a cette altitude. Une mauvaise manoeuvre, deux tonneaux et de la casse chez les Auriverde : une arcade sourcilliere ouverte et une jambe bien abimee.





La competition n'empeche pas la vie ensemble. Soupe, spaghettis et froid de canard au menu.
Dehors, les lamas s'en vont profiter du coucher de soleil.





Deuxieme journee presque sans histoire...
Presque.
Un pneu creve oblige les equipes a une pause technique.
Loic et Julien s'occupent "a la francaise". Issu d'une longue lignee de champions de petanque, Julien s'impose 10 a 3. Sans forcer.




Les pluies, habituelles a cette periode de l'annee, rendent les pistes impraticables. Les organisateurs changent le trace a la derniere minute et font passer les concurrents par le charmant village de Villa Aquila.





Arrivee en milieu d'apres-midi a Uyuni, la plus grande ville a proximite du Salar.
L'occasion de voir pour de vrai ces fameuses indiennes a nattes et chapeau melon, qui font la reputation de la Bolivie.
L'occasion aussi de constater a quel point la fibre revolutionnaire du president Evo Morales s'est propagee dans le pays.




Troisieme et derniere journee qui commence par une etape autour du curieux cimetiere des trains.





L'expedition s'acheve sur le Salar.
Peu importe qui arrive le premier, tout le monde gagne devant un tel spectacle.
De l'eau, du bleu et du blanc. Peut-etre l'endroit le plus simple de la Terre.
Sans doute le plus beau aussi.
Un haut-lieu touristique et une gigantesque mine de sel qui fait vivre une grande partie de la region.




L'heure des photos-souvenirs. L'equipage franco-allemand (Julien, Loic, Andreas, Jonas, Lina, Gisele et Mernardo, le pilote bolivien, 68 ans et plein de fraicheur) se prete volontiers au rituel.





Ca n'a dure que quelques secondes.
Mais a l'instant precis ou l'objectif saisit cette image, Loic est l'homme le plus heureux sur cette planete.
Et sur toutes les autres.

5 commentaires:

GAB a dit…

bravo à Julien pour la victoire à la pétanque.
Pour tout le reste je suis sans voix.

Anonyme a dit…

C'est beau!

gerard a dit…

Ouaff...Encore...Plus...Trop...
(Sans commentaires)

CDK a dit…

Et à cet instant, tu t'es revu devant ton écran à t'imaginer vivre ce fameux "Where the hell is Matt"?
J'en ai des frissons pour vous les gars...

Anonyme a dit…

plus je regarde et plus je trouve que vos photos sont magnifiques!

profitez bien!