"Le Monde est un livre et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page." Saint Augustin.

lundi 15 septembre 2008

Jolie Namibie


Swakopmund (Namibie) - 14 septembre 2008 - Quelques news et un conseil: foncez en Namibie. Je vous dirais bien que les gens sont d'une gentilleeesssse avec la voix aigue mais on n'en voit pas beaucoup dans le coin. L'une des plus faibles densites du monde ici. Windhoek (prononcez Wintouk), la capitale, c'est 150000 habitants. Juste pour situer.
Bref, ca en fait des grands espaces. Et puis, je me sens enfin dans l'Afrique telle que fantasmee par l'homme blanc. Je parcours le pays en compagnie de Guillaume le chauffeur Afrikaaner, Denguie son copilote zimbabween, Brian le guide-cuisinier zimbabween qui ferait dresser les tetons de Marie L. et Tommy, le gros camion qui nous transporte. Nous, c'est Em et Alex ainsi qu'une dizaine de (jeunes) touristes plus ou moins cool. D'ailleurs, si vous partez dans un "tour" comme ca, choisissez toujours l'option camping, ca vous evitera les vieux qui chouinent avant d'aller se coucher dans leur lodge au milieu du desert.

La Namibie, ca tue. Le Fish River Canyon (2e plus grand canyon du monde soit disant), ca tue.
















Les paysages sur la route, ca tue.
Sossulvei (des dunes immenses), ca tue.
A ce propos, le truc dans le coin, c'est de se lever a 5 heures du mat' pour filer a la dune 45 et la grimper pour voir le lever du soleil. J'ai voulu faire le malin en cavalant des le debut. Sauf que monter 150 metres dans le sable constitue un obstacle bien plus complique que ce que j'imaginais. En gros, j'etais carbo au bout de 25 metres. Je ne suis arrive que 3e (mais les 2 premiers avaient quelques metres d'avance des le depart) alors pour gruger j'ai dit que le vrai sommet etait un peu plus loin. Les mecs m'ont pas cru et j'ai du continuer tout seul pour faire illusion avant de revenir sur mes pas comme un con. Je m'adresse donc a Yves: on n'est pas pres de se faire le Mt Blanc ensemble mec. Consolation: j'ai ete le seul a tenter la descente dans la dune en me roulant par terre. J'aurai du sable dans les oreilles pendant les 10 prochaines annees mais ca en valait la peine.
Ensuite, on s'est enfonce un peu plus dans le desert avec Frans, un specialiste de la zone. Frans rigole pas. Frans peut survivre dans le desert en mangeant des lezards et en buvant du jus de feuilles. La classe.
J'ai appris trop de trucs sur tout ce qui se passe dans le sable et j'ai vu le Deadlvei. Vous savez, cet espace sec avec des arbres morts et des dunes en fond. Je ne suis pas sur de voir un truc plus impressionnant au cours de mon voyage si ce n'est le Salar de Uyuni. Coincidence: ces 2 endroits sont ceux qui m'ont motive pour le TDM.

Ce soir, party time! On reste a Swakopmund jusqu'a demain donc on en profite. Swakopmund, ville entierement dediee au tourisme, est la derniere etape avant le parc d'Etosha ou vivent les Big 5 (lions, elephants, rhino et j'ai oublie les 2 autres). Big 5 que je ne suis pas sur de voir du tout. Il faut que je sois a Windhoek vendredi, ce qui m'oblige a defier le cours du temps. Chose que personne n'a jamais reussi a faire jusqu'ici. Explications: le reste du groupe va passer la journee de mercredi avec les Himbas, une tribu locale. Moi, j'ai un avion pour le Zimbabwe vendredi donc pas de minute a perdre dans un zoo humain. Du coup, Brian (le guide zimbabween qui ferait se dresser les tetons de Marie L.) se plie en 4 pour trouver un autre groupe qui part demain. On envisage meme l'option que je loue une voiture pour me rendre tout seul a Etosha Park et rejoindre sur place un de ces fameux "autres" groupes. Rouler en Namibie constitue un danger evident pour le mauvais conducteur que je suis mais bon, suspense!

Sinon, L'Equipe.fr a publie mon article. Une question reste en suspens: vont-ils me payer pour ca??

2 commentaires:

GAB a dit…

Le Loic Pialat, du Cap, c'est chic quand même.

Marie a dit…

J'aimerais assez voir des photos de Brian, le guide-cuisinier zimbabwéen.
Marie L.