"Le Monde est un livre et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page." Saint Augustin.

samedi 22 novembre 2008

La cite du Lion

Le Merlion, animal mi-poisson, mi-lion, symbole de la ville (Singha = Lion, Phur = Ville)

Singapour est une Cite-Etat d'Asie situee au sud de la Malaisie, et, en gros, au niveau de l'Equateur.
Son existence en tant que telle est relativement recente puisqu'elle est nee en 1819 suite a la volonte d'un anglais (Sir Raffles) de creer ici, position geographiquement strategique, une opposition importante face a la domination commerciale des Neerlandais dans la region (n'oubliez pas que l'Indonesie est une ancienne colonie hollandaise).

En peu de temps, Singapour a su se developper a un rythme epoustouflant pour devenir aujourd'hui l'un des poles economiques les plus incontournables de la planete.

J'avoue que le principal interet que nous avions a visiter ce coin etait de passer dans l'une des villes les plus chaudes du monde, affichant regulierement un taux d'humidite de plus de 90%. Interet tout discutable, il va sans dire...

Premiere deception en sortant de l'aeroport : il ne fait pas si chaud que ca.
A peine 35 degres... (Il fait combien en France deja ?...)

Bon, depuis, on a un peu dechante sur le sujet. Il faut dire qu'il suffit de mettre un t-shirt, de faire 3 metres dans la rue et ensuite de devoir bruler le t-shirt tellement il s'est gorge de sueur.

Deuxieme deception : on s'attendait a trouver aussi la un etat-policier, facon Loft Story, avec un controle strict des comportements (interdiction de traverser en dehors des clous, par exemple), une presence policiere importante (je note au passage le petit moment d'angoisse que m'a file Loic en me disant qu'il craignait plus ici les autorites que la delinquance...), une proprete quasi clinique des rues, etc...
Eh ben non. Pas du tout. On a croise un papier un jour.
Non serieusement, rien de particulierement remarquable. Londres dispose de bien plus de cameras de surveillance en comparaison ! Les gens traversent a la one again, comme nous, les voitures klaxonnent, les gens chantent et dansent dans la rue. Bref, une ville normale, quoi. Pas de quoi en faire un foin.

Singapour, c'est donc Hong Kong, soit pour faire simple : des Chinois qui parlent anglais dans une ville avec des gratte-ciels.
C'est un peu reducteur, me direz vous, et vous n'aurez pas tort. Car notre impression fut vite modifiee par nos balades dans la ville.

Singapour, c'est un petit peu plus complexe que ca.
Singapour, c'est le carrefour de 3 univers radicalement differents culturellement, physiquement et religieusement, rassembles autour d'une langue commune, l'anglais.
On a donc des indiens hindouistes, des malais musulmans et des chinois taoistes vivant dans une harmonie parfaite et un respect profond mutuel.


Ainsi, Singapour, c'est ca :
Mais c'est aussi, dans la meme rue, ca :


Un temple Hindou


Une Mosquee

Une Pagode


C'est tout bonnement exceptionnel a voir et en tout cas envoie une grande claque aux intolerances mondiales.


Rien que pour ca, je ne regrette pas mon passage a Singapour car c'est quelque chose d'unique au monde.

On vit d'ailleurs a Little India, soit le quartier indien de la ville. Plus pour des raisons financieres que pour un interet majeur vis a vis de l'Inde, d'ailleurs. (Surtout pour des raisons financieres, en fait, vu que notre interet pour l'Inde est proche de zero.)



Eh bien, je peux vous dire que vivre ici ces quelques jours ne nous a pas deplu du tout finalement. Enfin, il faut dire aussi que les Indiens de Singapour ne sont pas les Indiens de Bombay. Plus discrets, plus propres, moins casse-couilles, plus respectueux. Mais quand meme, ca compte et ca doit etre souligne. On a meme savoure hier soir un butter chicken avec un cheese nam ! Qui l'aurait cru, hein ?...

Ah oui, parce que j'oubliais de preciser que financierement, on s'est pris un enorme retourne facial.
Simple exemple. Le massage thai, vous vous souvenez ? 4 euros a Bangkok. C'etait bien, hein ? On y allait peinard passer une heure, hein ?
Ben ici, le massage thai, il est a 20 euros. On a tout de suite moins envie de se faire masser...
2eme claque : on paye 10 euros la nuit dans un dortoir de 6 personnes avec douches sur le palier alors qu'on payait 3 euros une chambre privee tout confort en Thailande. Bam.
La bouffe ? 80 cts le repas ? Ah non, faut oublier mon bon monsieur, ici, vous mangerez pour 10 euros ! On boit une biere dans un bar ce soir ? Prends ton billet de 10 aussi, mon bon ami. Oublie ton euro en Thailande, malheureux !
Transition en douceur pour l'Australie, dirons nous...

Quel sens de la transition possede ce cher Julien.
J'etais au cine pendant qu'il s'escrimait a pondre cet article. Dites-le vous bien, le cine passera toujours avant vous. J'ai vu un film appele "Talk to me". Je suis rentre dans la salle sans la moindre idee du theme et c'etait tres bien (plus de details prochainement sur l'autre blog). Je tiens juste a signaler l'existence d'une seance a 2 heures du matin. Je crois que ca n'epate que moi mais je trouve ca genial. Et aussi, la projection avait lieu dans une salle reservee aux films d'art et d'essais dans un multiplex au dernier etage d'un centre commercial. Interdiction absolue d'y manger. Ca, j'adore.

Singapour, je l'ai un peu impose sur le trajet. Pour faire simple, quand on visite une grande ville avec du bruit, c'etait mon idee. Quand on fait un paysage idyllique, ca vient plutot de mon camarade. Ce qui n'empeche evidemment pas l'un et l'autre d'apprecier le choix de l'autre et l'un.
Pour ce qui est du melange culturel, deux remarques:
- Le cosmopolitisme en Europe , on connait.
- Ici, si les communautes se cotoient en paix (a priori), elles ne vivent pas forcement l'une avec l'autre. J'ai observe tres peu de melange ou de couple mixte par exemple. Un bon indicateur en general.

Comme Singapour a une histoire assez neuve, il n'y a pas forcement beaucoup de batiments anciens a voir ou de musees a visiter. Tant mieux puisqu'on ne les visiterait pas de toute facon. En revanche, comme la ville-etat doit son succes economique au commerce, il y a du shopping a faire. Et Julien a du subir mes besoins (j'insiste, besoins) du moment: un appareil photo (apres le violent crash de l'ancien sur un carrelage sud-africain) et un jean (apres un dechirage en masse). On s'est donc farci quelques-uns des -au bas mot- 20 malls (nom americain pour un centre commercial) d'Orchard Road, la grande artere commercante, pour trouver tout ca.

"Maman, je suis a Carrefour, je te ramene quelquechose ?"

Mission accomplie. Mes jambes et celles de Julien ne me disent pas merci.


Julien evoquait la bouffe indienne. Moi, je fais une dedicace a ma maman pour lui dire que j'ai mange des crepes. Et des bonnes. A la bretonne. Le merite en revient a Marie L.L qui nous a mis en contact avec des amis a elle. Tres sympas Stephane et Geraldine. Ils tiennent une creperie en centre-ville sobrement appelee "Entre nous". Passez-y a l'occasion. C'est bon. Et ca fait du bien apres 3 mois de junk-food et bouffe asiat'.
En parlant de manger, on a faim.

2 commentaires:

MAM77 a dit…

Non merci, pour Carrefour, je vais essayer ici, peut-être plus simple et plus rapide.
Quant à la Bretagne, je doute mais pour la rue Montmartre, probablement pas.
A bientôt avec l'Australie, ton père y est déjà, au Stade de France, ce soir, samedi.
Bonne route

gerard a dit…

Julien et Loïc au pays des Kangourous. Tome 9 .
On attend avec impatience vos nouvelles aventures. Ici,La neige est de retour, vous êtes nos rayons de soleil ! Gros bisous à tous les deux.