"Le Monde est un livre et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page." Saint Augustin.

samedi 8 novembre 2008

On a gagne Koh Lanta

La jungle hostile, la precarite permanente, les menaces animales, le combat quotidien pour s'alimenter, ca vous evoque quelque chose ?

Vaincre ses peurs, se depasser physiquement, resister mentalement, vous voyez ce que c'est ?

Se battre contre les autres mais surtout contre soi meme sur l'ile de l'enfer, ca vous parle ?

Eh ben nous, pas du tout !

On a glande. Mais alors glandeeeee ! La vraie glande de chez glande, hein. A cote Jabba The Hutt ferait figure d'hyperactif excite.


Petite explication.
Comme je le disais dans un article precedent, nous avons quitte Koh Phi Phi pour nous rendre a Koh Lanta a 1h30 de bateau de la.
Pourquoi Koh Lanta ? Je ne vous cacherai pas que le principal interet pour moi etait de pouvoir dire "Ouai, ouai, j'ai fait Koh Lanta, ouai".

A priori, c'est ce que se sont dit beaucoup de Francais que cette emission de tele realite franco-francaise avait du toucher car on en aura jamais autant croise que sur cette ile...Au moins 6, vous vous rendez compte ! Ah bah oui, vu comment le francais voyage, croyez moi, 6, c'est absolument enorme...

Il faut savoir que Lanta est au sud de l'archipel principal et au sud de la Thailande se trouve une population en majorite musulmane (rapport a la Malaisie limitrophe). Sachez egalement que cette region connait depuis quelques annees de violents heurts et attentats (3000 morts depuis 2004), ce qui semble etre la voie d'expression principale (et hautement intelligente) de nos amis musulmans extremistes pour faire comprendre qu'ils aimeraient bien faire secession. Ca barde tellement que la France a interdit a ses ressortissants d'aller y faire un tour.
Mais bon, ca reste encore tres loin de nous et de maniere generale du tourisme en Thailande pour se douter de quelque chose.
Tout ca pour dire quand meme qu'on a commence a voir quelques femmes a voile et hommes a barbe sur notre chemin insulaire.
L'ile semble egalement plus pauvre, moins bien entretenue (un ptit air de routes laotiennes parfois), bref beaucoup moins orientee touristes que le reste (ce qui n'etait pas forcement pour nous deplaire).

En arrivant au "port", on se met en quete d'un hebergement et on finit par degotter un truc terrible, qui je l'annonce, va faire mal aux yeux (encore).

Alors pour faire la visite du proprio, la, c'est Loic dans le cabanon-restaurant que nous squattions sur la plage.



Juste derriere a gauche, il y a un bungalow. Ben devinez quoi, c'est bien la qu'on dormait.
Je vous raconte pas la galere pour aller chercher un truc quand on l'oubliait dans la chambre...

Et le mieux, c'est que depuis le cabanon, on voit la mer. Normal, me direz vous, elle se trouve juste 5 metres devant.



Ah oui, j'ai oublie de parler du prix de tout ca : 3euros la nuit.
Oui, c'est un peu cher, je le reconnais, mais qu'est ce que vous voulez ? Ecouter le bruit des vagues pour s'endormir, ca n'a pas de prix. Se lever le matin et aller prendre un bain dans l'eau a 30 degres, ca se paie aussi.
Parfois, il faut accepter de faire quelques sacrifices. (hehe).

On aura donc passe la 2 jours a osciller entre etre allonge dans l'eau, etre allonge sur la plage, etre allonge au resto et etre allonge dans le hamac avec pour seul effort physique que de lever le bras de temps en temps pour commander un Coca.





C'est pas facile tous les jours, moi j'vous le dis...

5 commentaires:

Maxime a dit…

Je me lève, et j'entrouvre mes volets, j'ai du mal à apercevoir le bâtiment de l'autre côtés de la rue tellement le brouillard est épais. Mes pieds indiquent à mes neurones sensitives un froid glacial qui me pousse à enfiler une paire de chaussettes. Je finis alors par allumer mon lien vers l'extérieur que représente mon ordinateur, étant donné que rien ne me motive à mettre le pied dehors pour l'instant. Mon flux RSS m'indique alors du nouveau de la part des deux vagabonds... et alors pour employer les mots du grand philosophe Caliméro :
"Le monde est trop injuste"

Julien a dit…

Mon pauvre Boarder :-)

Bahh... bientot tu y participeras aussi avec nous ;-)

Eric d'AMEO a dit…

Tel le Bouddha de la compassion je m'allonge pour vous plaindre de subir cette difficile épreuve et vous envoie toute mon énergie pour vous aider à vous remettre sur les rail du voyage "debout".

Mimi a dit…

J'espère que vous arriverez à survivre à un monde aussi hostile. Que la force soit avec vous!

Ulrich a dit…

...ouai mec, trop dure la vie... j'comprends... Je sais pas si ça te réconfortera d'apprendre qu'à NYC, t'auras droit à une vue panoramique sur Manhattan depuis le 21ème étage d'un immeuble de Columbus Circle... Yes You Can...